Séance nerveuse à la Bourse de Paris

Publié le par actubourse

logo actubourse-copie-1

 

Ca tangue sur le marché parisien. Après une ouverture dans le vert, le CAC 40 a piqué du nez, avant de remonter. Les investisseurs restent sur la défensive, les mêmes craintes produisant les mêmes effets : la situation budgétaire de certains pays de la zone euro et les tensions à la frontière entre les deux Corée. (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

L'actualité du jour sera marquée par un nombre important de publications macroéconomiques des deux côtés de l'Atlantique. Côté sociétés, Rémy Cointreau a publié ses semestriels ce matin, tandis que l'aciériste allemand ThyssenKrupp a dévoilé ses résultats annuels. Le suisse ABB a pour sa part annoncé une OPA amicale sur l'américain Baldor, pour une valeur d'entreprise de 4,2 Mds$.

WALL STREET

Le marché américain a modérément reculé pour démarrer la semaine, après le long week-end de Thanksgiving. Les craintes concernant l'Europe persistaient, après un soulagement de courte durée lié à la finalisation du plan d'aide à l'Irlande pour 85 MdsE. Aucune statistique n'était programmée hier aux États-Unis, en attendant le PMI de Chicago, l'indice S&P Case-Shiller des prix immobiliers et l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board aujourd'hui. Avant ces statistiques de conjoncture, les premiers échos relatifs aux ventes du "Black Friday" de Thanksgiving aux États-Unis étaient plutôt rassurants. Le DJIA cédait finalement 0,36% à 11.052 pts, alors que le Nasdaq abandonnait 0,37% à 2.525 pts.

ECO ET DEVISES

Le programme du jour est chargé. Les prix de production de l'industrie française se sont accrus de 0,8% en octobre (après +0,3% en septembre), rapporte ce matin l'INSEE. Les économistes interrogés par Bloomberg visaient en moyenne une progression de 0,4%. Sur un an, la hausse atteint 4,3%. A 9h55 place aux chiffres du chômage en Allemagne pour novembre (consensus -20.000 / 7,8%), et à 11h00 de l'estimation IPC Zone Euro de novembre (consensus 1,9%) et du taux de chômage d'octobre dans la Zone Euro (consensus 10,1%).

Aux Etats-Unis, place à 15h00 à l'indice S&P / Case-Shiller des prix de l'immobilier (consensus +1% en septembre, +1,3% sur le 3ème trimestre), puis à 15h45 à l'indice PMI de Chicago pour novembre (consensus 59,9), avant à 16h00 l'indice de confiance des consommateurs de novembre (consensus 53).

Sur le marché des changes, l'Euro se recule encore à 1,3090 Dollar. Sur le front pétrolier, le Brent de Mer du Nord est en légère progression à 86,75$, et le brut léger américain WTI fait de même à 85,17$. L'once d'or recule légèrement à 1.364$.


VALEURS EN HAUSSE

* Alstom (+2,9% à 31,9 euros). Le titre du groupe industriel est porté par une note de Deutsche Bank qui passe "acheteur" du dossier.

* Areva (+0,4% à 325 euros). Le groupe dément les informations de presse faisant état d'un nouveau retard dans la mise en service du réacteur EPR finlandais, OL3, et confirme le calendrier annoncé au mois de juin dernier. "La fin de la construction caractérisée par le chargement du combustible dans le réacteur, interviendra fin 2012. Ensuite, une succession de tests de montée en puissance sera menée par l'exploitant jusqu'au raccordement du réacteur au réseau qui devrait intervenir en 2013", ajoute le Français. Par ailleurs, selon, 'Le Figaro' du jour, l'augmentation de capital, programmée avant la fin de l'année, a été repoussée " au moins jusqu'au printemps prochain ". Même si des sources gouvernementales affirmaient hier que les discussions se poursuivent avec le japonais Mitsubishi et les fonds souverains du Qatar et du Koweït, dans les faits, aucun accord n'a pu être trouvé, en particulier sur la valorisation du groupe, affirme le quotidien. De con côté 'Les Echos' écrit que le gouvernement a refusé hier les conditions posées par le Qatar à une entrée au capital et juge l'opération "de plus en plus menacée" même si le quotidien ne parle pas encore report.

* Bull (+2,9% à 3,6 euros). Oddo confirme son conseil "acheter" sur la SSII et relève son cours cible de 4,20 euros à 5 euros. L'analyste pense que le potentiel de l'entreprise est sous-estimé, alors qu'il affiche une confiance accrue dans l'amélioration des fondamentaux.


VALEURS EN BAISSE

* Rémy Cointreau (-4,4% à 49,80 Euros). Le groupe de spiritueux a dévoilé des comptes semestriels mi-figue, mi-raisin. Le premier semestre 2010/2011 s'est achevé sur un résultat opérationnel courant de 81 ME, en croissance brute de 23,7% et organique de 8,4%, soit une marge qui passe de 18,1 à 18,9%. Le bénéfice net hors éléments non récurrents s'établit à 47,5 ME (+28,3%). Après prise en compte de la provision pour dépréciations sur la marque Metaxa, 45 ME, le résultat net part du groupe atteint 14,1 ME contre 39,8 ME un an avant. La moyenne des attentes de 7 analystes compilée par nos soins faisait apparaître un niveau anticipé de résultat opérationnel courant de 84 ME (fourchette 79,5 à 89,4 ME), pour un bénéfice net ajusté prévu à 52,1 ME (fourchette 47,7 à 56 ME). Le groupe est donc en bas de fourchette de ces projections. Après cette publication, Christine Ropert, de Gilbert Dupont, dégrade son opinion de "accumuler" à "alléger". L'analyste estime que la solide performance du Cognac est ternie par les Liqueurs et Spiritueux, et que la solide performance de l'action en bourse jusque-là en limite le potentiel. "

 

lire la suite

 

...

 

http://www.lerevenu.com/en-direct-de-la-bourse/analyses-et-conseils/la-seance-du-jour/201007020091635/seance-nerveuse-a-la-bourse-de-paris.html

Commenter cet article