Ouverture en baisse à la Bourse de Paris

Publié le par actubourse

logo actubourse-copie-1

 

Les marchés européens consolident ce matin. En Asie, la séance est mitigée avec quelques hausses mais aussi des baisses plus (-1,6% à Hong Kong) ou moins (-0,07% à Tokyo) marquées. La solidité financière des nations européennes devrait occuper les conversations ce matin, après que l'agence Moody's a placé un peu plus tôt la notation souveraine "Aa1" de l'Espagne sous revue en vue d'une possible dégradation. (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

"Moody's ne pense pas que la solvabilité de l'Espagne soit menacée, et ne pense pas, dans son scenario de base, que le gouvernement espagnol aura à faire appel au fonds de stabilisation européen", indique l'analyste, qui n'écarte cependant pas des épisodes de tensions sur le financement, compte-tenu des conditions actuelles. En cas de dégradation, la notation espagnole resterait dans la zone Aa, précise cependant l'agence, c'est-à-dire à "Aa2" ou "Aa3", l'équivalent de "AA" et "AA-" chez Fitch et S&P.

 

Dans l'actualité des sociétés, on notera la bonne publication de H&M et les comptes conformes aux attentes d'Inditex dans le textile, mais l'information principale du jour est sans conteste le rachat par Atos Origin des activités SSII de Siemens, qui sera largement commenté ce matin.

WALL STREET

Wall Street a clôturé en modeste hausse hier, après de solides ventes de détail pour novembre aux États-Unis. Les investisseurs restaient cependant assez prudents, suite à des résultats très décevants de Best Buy dans la distribution. La Fed a livré dans la soirée un communiqué monétaire sans surprises : confirmation de taux planchers et du programme de rachat d'actifs baptisé "QE2". Le DJIA gagnait 0,42% en clôture à 11.477 pts, alors que le Nasdaq prenait 0,11% à 2.628 pts.

ECO ET DEVISES

Le programme est encore fourni aujourd'hui, avec dès ce matin en Europe les chiffres du chômage de novembre au Royaume-Uni (10h30 : consensus -3.000 / 7,7%), ainsi que ceux de l'emploi dans la Zone Euro au 3ème trimestre (11h00).

Aux Etats-Unis, dès 14h30 on prendra connaissance de l'indice des prix à la consommation de novembre (consensus +0,2% m/m) et de l'indice "Empire State" de décembre (consensus 5), puis à 15h15 des données sur la production industrielle & l'utilisation des capacités en novembre (consensus +0,3% / 75%). L'indice du marché immobilier NAHB de décembre sera dévoilé à 16h00 (consensus 16). Enfin à 16h30, place aux rapports hebdomadaires sur les stocks pétroliers.

Sur le marché des changes, l'euro a consolidé à 1,3350 dollar. Le baril évolue dans des limites contenues, à 91,10$ pour le Brent de Mer du Nord et à 87,85$ pour le WTI Crude (échéances janvier). L'once d'or a reculé à 1.396$.


VALEURS A SUIVRE

* Atos Origin : certaines rumeurs sont longues se concrétiser. A la fin de l'année 2005 et jusqu'à l'été 2006, on parlait beaucoup d'un rapprochement entre les activités informatiques de l'allemand Siemens, alors regroupées sous la bannière Siemens Business Services, et celles d'Atos. Mais en dépit de multiples bruits de couloirs, la rumeur avait accouché d'une souris. L'idée d'une combinaison n'a pourtant pas été jetée aux oubliettes, la preuve : cette nuit, Atos a annoncé le rachat des activités de services informatiques de Siemens, qui ont entre temps été rebaptisées "Siemens IT Solutions and Services" (SIS). La SSII française paiera 850 Millions d'Euros en titres et en numéraire au conglomérat allemand pour cette unité qui fera d'elle la plus grosse entreprise du secteur en Europe. Le paiement se fera via une entrée de Siemens au capital d'Atos à hauteur de 15% pour 5 ans au moins, une émission d'obligations convertibles de 250 ME réservées à Siemens et 186 ME en numéraire. La transaction créera une SSII générant 8,7 MdsE (dont 3,7 MdsE pour SIS et 5 MdsE pour Atos) de chiffre d'affaires et employant 78.500 salariés dans le monde. Pour mettre la nouvelle entité sur de bons rails, Siemens à signé un contrat d'infogérance et d'intégration de systèmes de 7 ans d'une valeur globale de 5,5 MdsE. La fusion entraînera la suppression de 1.750 postes chez SIS, dont 650 en Allemagne. Siemens assumera 250 ME de frais de restructuration et de formation. L'accord devrait être finalisé en juillet, après consultation des instances représentatives du personnel d'Atos et vote des actionnaires (fin juin). Financièrement, la transaction "a été conçue pour être relutive à court terme sur le bénéfice par action", signale l'acquéreur, qui ajoute prévoir un endettement financier net proche de zéro à l'horizon 2012. Siemens couvrira les risques sur projets non identifiés à la signature finale. SIS est cédée nette de dettes.

* Automobile : le marché automobile européen a continué à reculer en novembre, selon les chiffres publiés ce matin par l'ACEA, l'organisation des constructeurs présents sur le vieux continent. Dans l'Union Européenne, 1.069.268 véhicules ont été immatriculés sur le mois écoulé, soit -7,1% de moins qu'un an avant à la même époque. Le recul est cependant moindre que celui enregistré en octobre (-16,9%) et même en septembre (-9,6%). Sur 11 mois en 2010, ce sont 12.349.743 véhicules qui ont été immatriculés, soit -5,7% de moins que sur la même période de 2009. Tous les plus gros marchés du vieux continent ont reculé en novembre. Sur la région Union Européenne élargie (qui comprend les pays EFTA), Peugeot a vu ses ventes reculer de -9,5% en novembre, à 144.542 unités, soit une part de marché de 13,1% contre 13,5% un an avant. Sur 11 mois, le constructeur limite cependant son repli à -1,9% contre -5,1% pour cette zone, soit 13,4% du marché contre 13% un an avant via 1.705.654 véhicules écoulés. Le repli de Renault atteint pour sa part -12,1% en novembre, à 115.487 immatriculations, soit 10,4% de parts de marché contre 11,1% précédemment. Sur neuf mois, la marque au losange reste cependant en hausse en glissement annuel, avec 5,2% de progression et 1.301.664 véhicules vendus, soit 10,2% de parts de marché contre 9,2% précédemment. Il s'agit du seul des six principaux constructeurs européens à afficher une croissance sur la période.

* ArcelorMittal : à la suite de la réouverture de son programme de rachat d'actions, l'aciériste a acquis, en date du 14 décembre 2010, 61.728.395 options d'achat au prix d'exercice de 20,25 Euros par action. Elles permettent à la société de couvrir en priorité ses engagements liés à la conversion potentielle de ses obligations convertibles et/ou échangeables en actions ArcelorMittal nouvelles ou existantes, portant intérêt à 7,25% et venant à échéance le 1er avril 2014 (ISIN XS0420253212), et, dans un second temps, de couvrir les plans de stock options et d'actionnariat salariés attribués par le groupe. Le 14 décembre, ArcelorMittal a également procédé à la vente, sous forme d'un bloc, hors marché de 26,48 Millions d'actions d'auto-contrôle au prix de 26,4227 Euros par action. Au titre de cette opération, ArcelorMittal renforce ses fonds propres à hauteur de 699,67 ME.

 

lire la suite

 

...

 

http://www.lerevenu.com/en-direct-de-la-bourse/analyses-et-conseils/la-seance-du-jour/201012140091635/ouverture-en-baisse-a-la-bourse-de-paris.html

Commenter cet article