Or : l'once renoue avec ses niveaux de début janvier.

Publié le par actubourse

(CercleFinance.com) - Rien ne semble devoir entraver le mouvement de reprise de l'or qui, en dollars, se rapproche maintenant des niveaux perdus de vue au tout début de l'année grâce à des craintes politiques, économiques et souveraines. Au terme du premier fixing de ce vendredi à Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.385,50 dollars (+ 6,5 dollars et + 0,5% par rapport au “fix” de jeudi après-midi) et 1.021,76 euros (+ 6,9 euros et + 0,7%).

Selon les cours de Londres, l'once de métal n'a plus atteint un tel niveau en dollars depuis le fixing de 1.388,50 dollars de l'après-midi du 4 janvier dernier, première séance de l'année à Londres.

Rappelons pour la petite histoire qu'au matin de ce même jour, le fix était intervenu à 1.405,50 dollars. C'est la seule fois où, jusqu'à présent en 2011, la barre des 1.400 dollars a été dépassée.

Outre la hausse de l'argent, l'or est aussi emmené par une triple vague d'inquiétudes. Il s'agit d'abord de la propagation des troubles politiques au-delà de la Tunisie et de l'Egypte. Jordanie, Bahrein, Yémen, Libye : les grands pays producteurs et raffineurs d'hydrocarbures du Moyen Orient semblent, eux aussi, de plus en plus directement menacés d'instabilité. Certains opérateurs craignent que le mouvement de contestation ne s'étende au-delà de la région moyen-orientale.

Ensuite et après une semaine intense en statistiques pour l'économie américaine, “le sentiment [reste] mitigé quant à une reprise ou à une stagnation”, soulignaient ce matin les analystes Changes de Pictet & Cie. Le chômage reste élevé et malgré des relances multiformes, la croissance demeure décevante, une tendance qui se retrouve dans les autres pays industrialisés.

Enfin, les craintes souveraines européennes, qui étaient passées de mode en janvier, sont revenues sur le devant de la scène. Chez les analystes, les spéculations sur le sort du Portugal et son éventuel recours à l'aide financière internationale va bon train. Ce matin, le taux servi par l'emprunt d'Etat portugais à 10 ans est monté jusqu'à un record de 7,59%, alors qu'il avait commencé à l'année à 6,62%. Soit une tension de 97 points de base alors que sur la même période, le Bund allemand équivalent n'a vu son taux monter que de 28 points à 3,20%.

Pictet souligne encore l'élément suivant : “à signaler, un événement particulier auprès de la BCE, avec des demandes de près de 15 milliards d'euros au jour le jour à un taux supérieur à 0,75% au taux du marché, ce qui pourrait signifier une situation délicate de trésorerie pour un établissement...”

Attention, avertissaient hier soir les spécialistes suisses de MKS Finance : certes, les tensions moyen-orientales devraient continuer de soutenir le cours du métal. “Mais d'un autre côté, il pourrait souffrir légèrement d'un affaiblissement de la demande physique”, qui tend à s'amenuiser avec la hausse des cours. “En d'autres termes, nous ne discernons toujours pas de tendance claire dans l'orientation des prix du métal”.

Signalons cependant que le Conseil mondial de l'Or vient de publier sa revue “Gold Demand Trends” pour 2010. L'an dernier, selon ce document, la demande de métal jaune a atteint un sommet de 10 ans à 3.812,20 tonnes, en hausse sensible de 9% (et +11% au 4ème trimestre, T4). Les principaux facteurs explicatifs sont les suivants : croissance de la demande de bijouterie, 'une forte tendance sur des marchés-clés d'Asie', et des banques centrales qui pour certaines d'entre elles sont redevenues acheteuses.

Par pays, signalons les hausses de demande en Inde (+66% à 963,1 tonnes) et en Chine (+27% à 579,5 tonnes). Ces deux pays sont, et de loin, les premiers consommateurs d'or au monde.

L'an dernier, la demande d'or à des fins d'investissement a atteint 1.333,1 tonnes, soit une baisse de 2% sur l'année, mais + 13% au T4. Sur l'année, elle a représenté 34,9% de la demande totale, en retrait par rapport aux 38,9% de 2009 (31% en 2008). En effet, les ETF aurifères ont accusé un décaissement de 91 tonnes l'an dernier. A l'inverse, la demande de lingots (995 tonnes en 2010, + 34%) ne se dément pas : à 272,7 tonnes au T4, elle a crû continûment d'un trimestre sur l'autre depuis au moins le T1 2009.

D'un point de vue technique, ScotiaMocatta souligne que l'once d'or enchaîne les séances consécutives de hausse sur le marché au comptant américain. En voilà maintenant 4 de suite et peut-être 5, si la tendance de ce midi se poursuit tout à l'heure à New York. “Tant que le métal tient les 1.360 dollars, il nous semble devoir retourner tester les 1.423 dollars”, pronostiquent les analystes.


Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

Copyright (c) 2011 Cercle Finance.

 

www.cerclefinance.com

Commenter cet article