Les banques françaises dans le collimateur de Moody's

Publié le par actubourse

Marchés Actions : Ce matin en Asie, les marchés ont évolué en ordre dispersé. Sur la place tokyoïte le Nikkei 225 a terminé sur un gain timide de 0,28% à 9574,32 points tandis que le Topix, plus large, a clôturé en progression de 0,22% à 824,65 points. Les investisseurs sont restés prudents après la publication d’indicateurs macroéconomiques mitigés outre-Atlantique. Ailleurs en Asie, la tendance est plus morose puisque les places de Shanghai et de Hong Kong se replient après la décision de la Banque populaire de Chine de relever de 50 points de base le ratio de réserves obligatoires des banques. Cette annonce, la sixième depuis le début de l’année, entrera en vigueur le 20 juin prochain est à pour objectif de juguler le niveau de l’inflation. Pour rappel, Pékin a annoncé hier une accél��ration de près de 5,5% des prix à la consommation sur le mois de mai, un plus haut depuis plus de trois ans. Dans ce contexte, le CSI 300 de Shanghai lâche 0,63% à 2974,61 points et le Hang Seng glisse de 0,30% à 22427,95 points. Hier aux Etats-Unis, les indices ont rebondi malgré des indicateurs économiques moroses. Les ventes au détail ont baissé de 0,2% sur le mois de mai, un chiffre décevant mais néanmoins au dessus du consensus des analystes qui attendaient une chute de 0,4%. Sur le mois précédent elles avaient progressé de 0,3%. Autre indicateur attendu, l’indice des prix à la production sur le mois de mai. Celui à augmenté de 0,2% selon le rapport du Département américain du Travail contre un consensus de 0,1%. Malgré une certaine morosité économique, les indices ont retrouvé une dynamique, le Dow Jones Industrial Average en a profité pour repasser au dessus des 12000 points à 12076,11 points à la faveur d’une progression de 1,03%. Le Nasdaq des valeurs technologiques a connu une tendance similaire et s’est adjugé un gain de 1,48% à 2678,72 points tout comme le Standard & Poor’s 500 qui a gagné 1,26% à 1287,87 points.
En Europe, la crise grecque focalise une fois de plus l'attention des investisseurs. Alors que les autorités politiques et monétaires peinent a mettre en place une aide financière commune, l'agence de notation Moody's met clairement la pression sur les banques françaises. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale sont visées en raison de leur exposition en cas de défaut de paiement face à la dette souveraine hellénique. En effet ces établissements sont largement implantés en Grèce via les filiales Emporiki pour le Crédit Agricole ou encore Geniki pour la Société Générale. La BNP n’a pas d’établissement dans ce pays néanmoins elle possède des créances sur la dette grecque. Alors que le CAC 40 a repris sa marche en avant-hier bondissant de 1,5% à 3864,58 points, l’indice parisien pourrait connaître une séance agitée ce jour avec ces pressions qui pèsent sur le compartiment bancaire. D’un point de vue technique, le CAC 40 est revenu hier au dessus du seuil des 3850 points, un dépassement des 3890 points pourrait insuffler une nouvelle dynamique à l’indice pour revenir vers les 3960 points avec en ligne de mire le comblement du gap du 31 mai dernier à 3945/3971 points. Les incertitudes actuelles sur le poids des dettes souveraines en Europe mais aussi aux États-Unis laissent planer beaucoup trop d’hésitations quant à la prochaine tendance de l’indice. En intraday, la première résistance se situe autour des 3888 points avec en support, le seuil des 3831 points. A quelques minutes de l’ouverture des premiers échanges, le contrat Future sur le CAC 40 perd 0,32% à 3848,50 points.

 
Forex : Sur le marché des devises, le dossier de la dette grecque revient déstabiliser les cours de la monnaie unique européenne. Les cambistes continuent en effet de s’interroger sur la tournure que prendra la sortie de crise des dettes souveraines européennes alors qu’aucun accord n’a été trouvé entre les ministres de la zone euro au cours d’une réunion qui se tenait hier. Parallèlement, l’agence de notation Moody’s a placé sous surveillance certaines banque françaises, particulièrement exposées à la dette grecque, et a affirmé une probable dégradation de leurs notes prochainement. Pour rappel, Standard & Poor’s avait déjà réduit lundi de trois crans la note de crédit de la Grèce. Dans ce contexte, la monnaie des dix sept recule face à ses principales contreparties en ce début de matinée après avoir regagné du terrain la veille, soutenue par des indicateurs économiques satisfaisants en provenance de Chine. La production industrielle chinoise est en effet ressortie en hausse au cours du mois de mai de 13,3% sur un an. Face à la monnaie nipponne la monnaie unique s’échange pour 115,81 yens tandis qu’un euro se traite aux alentours de 0,8793 pence face à la livre britannique. La tendance est similaire face au billet vert contre lequel l’euro se négocie pour 1,4373 dollar. Le dollar américain profite de bons indicateurs économiques à l’image des ventes de détail qui ont reculé de seulement -0,20% contre une estimation de -0,70%. Ainsi, le billet vert avance face à la devise helvétique à 0,8474 franc suisse et également face à la devise nippone à 80,48 yens. La livre sterling recule pour sa part à 1,6341 dollar.


Matières premières : Au chapitre des matières premières, le sursaut des marchés actions a profité au pétrole qui s’est offert un rebond hier après avoir subi une forte correction en début de semaine. Le baril a aussi profité de statistiques encourageantes publiées chez les deux premiers consommateurs de pétrole mondiaux : les Etats-Unis et la Chine. Enfin, dans une note publiée hier, les analystes de Goldman Sachs estimaient que la récente baisse était une opportunité pour acheter à bon compte. Sur le Nymex, le brut léger américain a engrangé plus de 2 dollars pour clôturer au-dessus des 99$ alors que le Brent de la mer du Nord a gagné plus de 1$ et repasse au-dessus des 120$. Sur les métaux précieux, l’once d’or se maintient dans un range entre 1512$ et 1527$ et l’once d’argent en fait de même entre 34.40$ et 35.70$. A noter que les pressions haussières sur le blé continuent de s’estomper du fait d’une météo favorable : le future EBMX1 termine sur son plus bas de début mai 2011 à 218.75.


Annonces du jour: Sur le plan des annonces macroéconomiques, la journée sera animée par la publication de chiffres sur l’emploi au Royaume-Uni. Les investisseurs suivront à 10h30 la variation des demandes d'allocations-chômage du mois de Mai attendu en baisse à 7 000 contre 12 400 au mois d’Avril. Au même moment , le taux de chômage du Royaume-Uni est attendu stable à 7.7% de la population active. Enfin, pour finir avec les annonces européennes, la production industrielle en Zone Euro pour le mois d’avril sera connue à 11h et est attendue en hausse de 0.1%. A partir de 14h30, ce sont les annonces américaines qui intéresseront les investisseurs : Indice des prix à la consommation hors alimentation et énergie ( attendu en hausse de 0.2%), Indice Empire Manufacturing et la production industrielle de Mai à 15h15 attendu en hausse de 0,3%.

 

 ...

 

http://fr.saxobank.com/news-et-analyses/actualites?NewsMode=Item&NewsID=1039&utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article