Le rebond se poursuit à Paris

Publié le par actubourse

Le CAC 40 reste dans le vert. L'indice parisien progresse de 0,50% à 4.130 points. Les marchés semblent désormais plus hermétiques à la situation au Proche-Orient, même si les prix pétroliers sont là pour rappeler que les tensions restent palpables. Rappelons, à l'heure où la question d'une intervention militaire sur Tripoli se pose, avec un début de déploiement militaire américain en méditerranée, que la Lybie ne représente que 2% des productions mondiales de pétrole. (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

Côté valeurs, des poids lourds publiaient ce matin : la faiblesse des perspectives de Vivendi est sanctionnée. Sanction aussi pour Technicolor et Steria. En revanche, Casino est recherché. Aux Etats-Unis, l'ISM manufacturier et les dépenses de construction seront observés de près à 16h00.

 

WALL STREET

Wall Street a clôturé en hausse malgré les incertitudes sur le compartiment bancaire (exposition des banques américaines aux affaires liées aux saisies immobilières et recapitalisations des caisses espagnoles...) lundi soir. Les investisseurs ne s'alarment plus guère désormais de l'agitation en Libye. Après les chiffres des revenus et dépenses des ménages américains, l'indicateur manufacturier PMI de Chicago, très solide, parvenait à rassurer. Le DJIA gagnait 0,79% à 12.226 pts, tandis que le Nasdaq prenait 0,04% à 2.782 pts.

ECO ET DEVISES

On suivra ce matin en France l'indice PMI Manufacturing de février (9h50 : Consensus 55,3), avant à 9h55 le taux de chômage de février en Allemagne (consensus 7,4% / -17.000) et à 11h00 celui de la Zone Euro en janvier (consensus 10%). Aux Etats-Unis, place à 16h00 aux dépenses de construction de janvier (consensus -0,4%) et à l'indice ISM manufacturier de février (consensus 61). A 23h00, seront dévoilées les ventes de véhicules de février.

L'Euro se négocie autour de 1,38 Dollar ce matin. Sur le front pétrolier, le Brent de Mer du Nord reste haut perché à 112,40$, tandis que le brut léger américain WTI se négocie autour de 97,40$. L'once d'or s'affiche à 1.412$, en légère hausse.


VALEURS EN HAUSSE

* Casino (+0,50% à 71,31 Euros) : le distributeur, dont le chiffre d'affaires 2010 s'est apprécié de 8,7% à 29,08 Milliards d'Euros, a fait progresser son EBITDA de 5,6% sur la période à 1,953 MdE (+2,4% après reclassement de la CVAE), soit une marge de 6,7% contre 6,9% un an avant. Le résultat opérationnel courant est en hausse de 7,5% à 1,3 MdE (+2,6% hors CVAE) et maintient la marge à 4,5%. Enfin le bénéfice net part du groupe progresse de 3% à 559 ME. Le consensus de place visait un résultat opérationnel courant de 1,289 MdE et un bénéfice net de 548 ME. Le distributeur a amélioré ses ratios bilanciels, grâce à un recul de la dette financière nette de 4,07 à 3,84 MdsE, si bien que le ratio dette nette sur EBITDA passe de 2,2 à 1,97 en un an. Un dividende de 2,78 Euros par action, en croissance de 4,9%, sera proposé. "Le groupe s'est profondément transformé au cours des dernières années. Il a fait évoluer son mix pays et son mix formats en France et amélioré sa structure financière", explique la direction, qui estime que son profil de croissance s'est renforcé grâce à son exposition accrue aux marchés en développement. Casino entend "accélérer sa transformation" et vise une croissance annuelle de son chiffre d'affaires supérieure à 10% sur les 3 prochaines années. Sur l'exercice 2011, les objectifs sont de renforcer la part de marché en France, notamment sur les formats de proximité et de "hard discount", de faire progresser les marges de Leader Price / Franprix, de maintenir à l'international une croissance organique "élevée et rentable" et de céder 700 ME d'actifs.

* Norbert Dentressangle (+1% à 77,55 Euros) : le groupe avait déjà fait part fin janvier d'un chiffre d'affaires annuel de 2,839 Milliards d'Euros, en croissance de 4,4% en glissement annuel (3,4% en données comparables). Le transporteur et logisticien publie ce matin ses résultats de la période, qui font apparaître un EBITDA de 216,3 ME, soit une appréciation de 14,1% (+7,8% en comparable), et une marge de 7,6% contre 7% en 2009. Le résultat opérationnel avant écart d'acquisition ressort à 106,3 ME, en hausse de 32,2% (+17,4% en données comparables). Le bénéfice net part du groupe recule en revanche d'un tiers à 57,2 ME, celui de 2009 ayant profité d'un solde d'impôt de 36,2 ME. Les analystes interrogés par Bloomberg visaient en moyenne 222,6 ME d'EBITDA, un résultat opérationnel de 105,8 ME et un bénéfice net ajusté de 55,3 ME. Côté bilan, la dette nette a reculé de 445 à 382 ME en un an, soit un taux d'endettement de 83% contre 111% précédemment et 178% deux an avant. Le ratio dette nette sur EBITDA ressort à 1,8, "très en-deçà des covenants bancaires", selon le management. Le dividende est porté de 0,90 à 1,10 Euro par action. "Norbert Dentressangle se situe résolument dans une perspective de croissance de l'activité et de progression des résultats pour l'année 2011", explique le transporteur drômois, qui souligne que le dossier d'acquisition de TDG, en cours d'examen par la Commission européenne, a été jugé complet et pourrait être finalisé d'ici fin mars. "L'exercice devrait ainsi voir l'intégration de TDG, sans impact toutefois sur la rentabilité avant 2012, et la poursuite de la croissance du nouveau métier de Freight Forwarding, dont le Groupe confirme l'objectif de chiffre d'affaires de 250 ME à moyen terme", conclut Norbert Dentressangle.

* Rémy Cointreau (+3,20% à 50,23 Euros) : le groupe de spiritueux est entré en négociations exclusives avec la société EPI, propriété du groupe familial Descours, en vue de céder sa branche Champagne, qui comprend notamment les marques Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck. EPI est spécialisé dans la détention de marques françaises emblématiques de l'artisanat haut-de-gamme, comme J.M. Weston, Bonpoint, Alain Figaret, François Pinet, Michel Perry ou le Château La Verrerie. "En cas d'issue favorable des négociations, la conclusion d'un accord de cession n'interviendrait qu'après consultation des instances représentatives du personnel concernées et autorisation du conseil d'administration de Rémy Cointreau", prend soin de préciser le vendeur. L'opération serait notamment conditionnée à l'aval des autorités de la concurrence.


....

Commenter cet article