Le CAC 40 préserve les 4000 points

Publié le par actubourse

Après la clôture au-dessus des 4.000 points hier, le CAC40 se maintient au-dessus de ce niveau symbolique et progresse même légèrement dans les premières minutes de cotations. L'indice parisien prend 0,15% à 4.012 points. La bonne tenue de Wall Street hier soir semble prendre le pas sur une certaine prudence affichée en Asie en fin de parcours ce matin. La séance sera riche en indicateurs macroéconomiques aux Etats-Unis, avec notamment les études sur l'emploi préliminaires à l'annonce, vendredi, du taux de chômage et des créations de poste en mai outre-Atlantique. Côté sociétés, Axa progresse de plus de 2%, après avoir annoncé son plan stratégique "Ambition AXA". (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

WALL STREET

La place américaine a progressé hier, après le long week-end du "Memorial Day" (le lundi était férié). Les espoirs de solution en Europe sur le front de la dette grecque alimentaient la hausse des places boursières, alors que l'Allemagne serait finalement prête à faciliter un nouveau "package" d'aides. Les statistiques américaines du jour étaient pourtant assez déplorables, avec de mauvais chiffres des prix de l'immobilier, de la confiance des ménages ou de l'industrie manufacturière régionale. Le DJIA gagnait quoi qu'il en soit 1,03% en clôture à 12.570 pts. Le Nasdaq Composite bondissait de 1,37% à 2.835 pts.


ECO ET DEVISES

Le programme débute à 10h00 par le PMI Manufacturing européen de mai (consensus 54,8). Aux Etats-Unis, l'étude Challenger sur l'emploi en mai sera dévoilée à 13h30, juste avant le rapport mensuel de l'emploi selon ADP (14h15, consensus 175.000). A 16h00, place à l'indice ISM manufacturier de mai (consensus 57,1), puis aux dépenses de construction d'avril (consensus +0,3%). Enfin à 23h00, seront publiés les chiffres du marché automobile américain de mai.

Sur le marché des changes, l'Euro a encore gagné du terrain à 1,4430 Dollar ce matin. Le baril est remonté à 116,86$ pour le Brent et 102,97$ pour le WTI (échéances juillet). L'once d'or a légèrement reculé à 1.531$.


VALEURS EN HAUSSE

* Schneider Electric (+0,30% à 114,95 Euros) : la société poursuit son renforcement avec l'annonce d'une offre d'achat amicale sur la société espagnole Telvent, qualifiée d'acteur "majeur" des logiciels et des solutions informatiques à forte valeur ajoutée dédiés à la gestion en temps réel d'infrastructures critiques dans les secteurs de l'électricité, du pétrole et du gaz, du traitement des eaux ainsi que du transport. Le groupe français va offrir 40 Dollars par action car l'entreprise est cotée sur le Nasdaq américain. Abengoa, qui détient 40% du capital, s'est engagé à apporter à l'offre. Le prix d'acquisition représente une valeur d'entreprise de 2 Milliards de Dollars, soit quelque 1,4 Milliard d'Euros (en intégrant le rachat des convertibles). Le prix sera honoré en numéraire et représente un multiple de 12 fois l'EBITDA attendu en 2012. L'impact sur le bénéfice par action de Schneider devrait être positif dès la première année, avant coûts d'intégration, tandis que le retour sur capitaux employés sera supérieur au coût moyen du capital la troisième année. Telvent emploie 6.000 personnes dans 19 pays. La société a publié 753 ME de chiffre d'affaires en 2010, pour 115 ME d'EBITDA retraité.

* Axa (+2,30% à 15,19 Euros) : avec l'approche de l'été, les conférences investisseurs fleurissent un peu partout. L'assureur tient la sienne aujourd'hui, et dévoile avant l'ouverture du marché les grandes lignes de son contenu. Le groupe, qui a par ailleurs annoncé hier soir la cession de ses activités canadiennes pour 1,9 MdE, s'est fixé comme objectif financier de faire progresser son résultat opérationnel par action de 10% par an d'ici 2015, et de générer 24 Milliards d'Euros de cash-flows opérationnels disponibles sur la période 2011 à 2015, dont 11 MdsE pour la seule activité Vie, Epargne, Retraite (6 MdsE dès 2011/2013). Le retour sur fonds propres devrait ainsi atteindre 15% en 2015, pour un ratio d'endettement réduit à 25%. Le plan, baptisé "Ambition AXA", est ainsi décrit par le président Henri de Castries : "notre objectif de devenir la société préférée de notre industrie, en nous appuyant sur une véritable orientation client et une profonde culture de la confiance et de la réussite au sein de nos équipes". L'assureur prévoit d'être sélectif, notamment sur les marchés matures, en insistant sur le développement de produits plus rentables, répondant aux besoins des clients et moins consommateurs de capital. Il entend également accélérer, "principalement dans les marchés à forte croissance, où le groupe bénéficie déjà d'une forte présence, renforcée par la récente opération AXA APH". C'est sur ces marchés que les investissements les plus importants seront consentis, avec pour objectif d'y doubler de taille et "plus que doubler" la profitabilité de façon organique d'ici 2015. Enfin, AXA prône l'efficacité, avec 1,5 MdE d'économies de coûts prévues sur les marchés matures d'ici 2015, dont 800 ME d'ici 2013.

* TF1 (+0,50% à 12,52 Euros) : à l'occasion d'une 'Journée Analystes et Investisseurs' organisée hier à Paris, le groupe a expliqué comment il s'est préparé pour saisir les opportunités de croissance qui se présenteront dans les mois à venir. La chaîne a mis évidence les leviers de croissance de ses revenus. Ainsi d'une part, sa stratégie commerciale consiste à soutenir la valeur des écrans publicitaires de la chaîne TF1 (C/GRP nets estimés en croissance de l'ordre de 5% sur les deux prochaines années), grâce à la mise en place d'une nouvelle approche clients : segmentation, ciblage, démonstration de l'efficacité et mise en place d'offres innovantes et à forte valeur ajoutée pour les annonceurs. D'autre part, sa stratégie Internet repose sur les opportunités offertes par la délinéarisation de la consommation de télévision et par la complémentarité des médias : croissance de l'audience, enrichissement de ses contenus et création de valeur pour les annonceurs, avec à la clé une monétisation diversifiée. Par ailleurs, le groupe confirme son objectif d'amélioration de la rentabilité.

* Rémy Cointreau (+0,20% à 57,10 Euros) : le spécialiste des spiritueux et EPI ont conclu un contrat pour la cession de l'intégralité des titres de la société Piper-Heidsieck - Compagnie Champenoise. "Cette cession s'inscrit pleinement dans l'accélération de notre stratégie de valeur qui se focalise sur nos marques et métiers internationaux de Liqueurs et Spiritueux" déclare Jean-Marie Laborde, Directeur Général de Rémy Cointreau. Le prix de la transaction reflète une valeur d'entreprise de 412,2 Millions d'Euros. Outre le remboursement intégral de l'endettement des sociétés cédées (environ 240 ME) contracté auprès du groupe Rémy Cointreau, ce dernier percevra après prise en compte de certains ajustements d'ores et déjà convenus entre les parties, un prix de cession des titres de 146,3 ME, avec un versement immédiat de 71,3 ME. Rémy Cointreau a consenti un crédit vendeur d'une durée de 9 ans pour la partie du prix de cession des titres ne faisant pas l'objet d'un paiement immédiat. Par ailleurs, Rémy Cointreau et EPI ont conclu un accord de distribution mondial pour les marques Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck, ainsi que pour Piper Sonoma aux Etats-Unis.


VALEURS EN BAISSE

* Renault (-0,15% à 39,36 Euros) : le nouveau no2 du groupe veut tourner la page de la rocambolesque fausse affaire d'espionnage industriel qui a ébranlé le groupe. Nommé hier directeur général délégué aux opérations de Renault, Carlos Tavares explique, dans un entretien publié ce matin par 'Les Echos' qu'il entend " créer un contexte de sérénité, de concentration pour pouvoir faire des voitures innovantes et de grande qualité ". L'ex-patron de Nissan en Amérique s'engage à ce que le constructeur automobile français " opérationnellement, atteigne ses objectifs, sinon plus ". Après la crise de confiance provoquée par le licenciement abusif de trois cadres supérieurs accusés d'espionnage, M. Tavares estime que " tous les salariés de l'entreprise doivent pouvoir travailler en confiance, en toute liberté " et promet de " parler, expliquer et surtout écouter. Ce sera mon premier travail dans les prochains mois ". Carlos Tavares, qui remplace Patrick Pelata, poussé à la démission après l'affaire d'espionnage, ajoute que sa " principale préoccupation sera de libérer tout le potentiel de l'entreprise pour que le plan 'Renault 2016-Drive the Change' soit un succès ".

 

...

 

http://www.lerevenu.com/en-direct-de-la-bourse/analyses-et-conseils/la-seance-du-jour/201103100091635/le-cac-40-preserve-les-4000-points.html

Commenter cet article