Le CAC 40 cherche toujours sa voie

Publié le par actubourse

Les marchés européens restent hésitants à l'ouverture, après leur résistance de la veille, alors que Wall Street a limité son retard hier soir. Après une semaine de rebond, les places boursières éprouvent le besoin de souffler : les événements qui ont semé le doute dans l'esprit des investisseurs restent présents : séisme japonais et ses conséquences, tensions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et intervention armée en Libye, ou interrogations sur la solidité financière des pays d'Europe du Sud et de l'Irlande. (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

Wall Street a donc finalement consolidé ses gains récents hier, rendant un peu de terrain en fin de journée. Les revenus et dépenses des ménages américains pour février n'ont guère surpris le marché. L'indicateur des promesses de ventes de logements aux États-Unis (National Association of Realtors) est ressorti en hausse. Le DJIA abandonnait 0,19% en clôture à 12.198 pts, tandis que le Nasdaq cédait 0,45% à 2.731 pts.

ECO ET DEVISES

A 10h30, place à la dernière estimation du PIB du Royaume-Uni au 4ème trimestre (consensus -0,6% q/q ; +1,5% y/y). Aux Etats-Unis, l'indice S&P / Case-Shiller des prix de l'immobilier est attendu à 15h00 (consensus -0,44% pour les grandes villes, -3,2% pour le composite), suivi à 16h00 par l'indice de confiance des consommateurs de mars (consensus 65).

Sur le marché des changes, l'Euro a repris un peu de terrain à 1,4120 Dollar alors que la BCE maintient la pression en vue d'une hausse des taux directeurs. Le contrat de mai sur le baril est en repli, à 114,30$ pour le Brent de Mer du Nord, et autour de 103,40$ pour le brut américain WTI.


VALEURS EN HAUSSE

* Edenred : remonte de près de 4% suivi de Groupe Eurotunnel avant un mois d'avril princier en Angleterre et de Gemalto sur de nouveaux contrats potentiels

* Valeo : reprend 2% avec EDF EN toujours suivi dans les énergies alternatives

* Medica : +1,5%. Les résultats 2010 se soldent par un chiffre d'affaires de 538,9 Millions d'Euros, en croissance de 12,1%, pour un EBITDAR de 143,3 ME, en hausse de 12,6%, qui permet d'améliorer symboliquement la marge de 26,5 à 26,6%. L'EBITDA s'apprécie dans les mêmes proportions à 95 ME, ou 17,6% des revenus (marge stable). L'EBIT est en hausse de 11,1% à 71,2 ME et le bénéfice net ressort à 23,2 ME, contre -13,4 ME en 2009. Le consensus de 19 analystes fourni par un bureau d'études ressortait à 71,3 ME d'EBIT et 22,7 ME de bénéfice net, si bien que Medica les chiffres sont conformes aux attentes. La structure bilancielle fait apparaître une dette financière nette de clôture de 365 ME, contre 748,6 ME un an avant. Le ratio dette nette sur EBITDA ressort à 3,8 fois, mais recule à 1,6 fois retraité de l'immobilier. Le patrimoine immobilier a été évalué à 345 ME, soit 93.000 Euros par lit. Fin 2010, la société exploitait 13.185 lits dans 173 établissements. Medica dispose d'un réservoir de croissance de 3.200 lits identifiés, dont 900 sont exploités et en cours de restructuration et 2.300 sont en création. Cette année, la société vise une croissance de son activité de 15%, et entend "maintenir son solide niveau de rentabilité", sans toutefois chiffrer ses aspirations.

* Peugeot : +1%. Après les perturbations d'une partie de sa production la semaine passée en Europe, liées à des difficultés de livraison de composants électroniques produits au Japon, le groupe PSA annonce prévoir un retour progressif à la normale à partir du jeudi 31 mars. Les Comités d'établissement des sites concernés seront réunis mardi matin et PSA reste attentif à l'évolution de la situation pour certains de ses approvisionnements de pièces en provenance du Japon. Une partie de la production des moteurs diesel du groupe est affectée depuis le 23 mars par l'interruption de la production d'un fournisseur de composants électroniques dont un établissement est situé sur la zone sinistrée au Japon.

* Renault : +1% avec SG, BNP Paribas, Crédit Agricole, Saft et Ubisoft


VALEURS EN BAISSE

* Dexia : -1%. La banque a réagi hier soir à la décision de l'agence Moody's de placer sous surveillance en vue d'une éventuelle dégradation sa notation crédit long terme "A1". La banque rappelle qu'il ne s'agit pas d'une décision et qu'elle dispose de 90 jours pour faire valoir auprès de Moody's sa position. Elle estime que l'élément "le plus important" est que le coeur de son programme de financement "repose d'abord et avant tout sur des financements sécurisés", alors que la part non-sécurisée ne représente "volontairement" qu'une "part très limitée" du financement, de l'ordre de 2 Milliards d'Euros sur 15 MdsE cette année. Dexia note également que l'agence a pris acte de ses progrès. La banque franco-belge souligne qu'à la fin du mois de mars prochain, elle aura bouclé 41% de son programme annuel de financement à long terme (soit 6,1 MdsE sur 15 MdsE environ) et 45% de son programme de désendettement (6,7 MdsE sur 15 MdsE programmés cette année). Reste à savoir si Moody's sera suffisamment sensible aux arguments de l'établissement pour renoncer à un abaissement de sa notation. Un "A1" chez l'agence correspond à un "A+" chez Fitch et S&P.

 

....

 

 

 

http://www.lerevenu.com/en-direct-de-la-bourse/analyses-et-conseils/la-seance-du-jour/201103100091635/le-cac-40-cherche-toujours-sa-voie.html

Commenter cet article