La Bourse de Paris teste les 4000 points

Publié le par actubourse

La publication d'Air France-KLM est saluée ce matin,avec un titre en hausse de près de 2%. Même chose pour Soitec. En revanche, déconvenue pour Saft qui voit son titre s'effondrer... Ce début de séance est pour le moins contrasté pour les valeurs de la Bourse de Paris! Le CAC 40 teste à nouveau le seuil symbolique des 4.000 points. Le rebond initié hier sur les places européennes devrait se poursuivre, dans une actualité relativement chargée ce matin, entre démission de Dominique Strauss-Kahn de son poste de directeur général du FMI pour se consacrer à sa défense, acquisition de Nycomed par Takeda pour 9,6 milliards d'euros ou retour de la récession au Japon où le Nikkei a cédé 0,43% à la clôture.  (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

WALL STREET

La place américaine, qui avait la veille après l'alerte sur les résultats de Hewlett-Packard et les mauvais chiffres de l'immobilier ou de la production industrielle, a nettement rebondit mercredi. La cote a notamment été tirée par les comptes solides du Texan Dell ainsi que par le secteur énergétique. Les détaillants et distributeurs américains Abercrombie, Staples, BJ's Wholesale et Target ont également annoncé leurs derniers résultats trimestriels ce jour. Les opérateurs ont enfin bien accueilli la publication des traditionnelles Minutes de la dernière réunion monétaire de la Fed. Le DJIA progressait finalement de 0,65% à 12.560 pts, tandis que le Nasdaq avançait de 1,14% à 2.815 pts.

ECO ET DEVISES

En Europe, l'attention se focalisera ce matin sur les ventes de détail d'avril au Royaume-Uni (10h30 : consensus +1% m/m ; +2,7% y/y). Le programme est beaucoup plus chargé aux Etats-Unis avec dès 14h30 les inscriptions hebdomadaires au chômage (consensus 420.000 nouvelles demandes, 3,728 millions de demandes continues, et à 16h00 les chiffres de l'immobilier ancien en avril (consensus +2% à 5,2 millions), l'indice de la Fed de Philadelphie pour mai (consensus 20) et l'indice des indicateurs avancés d'avril (consensus +0,1%).

Sur le marché des changes, l'Euro est ferme à 1,4288 Dollar. Le baril se négocie en hausse au-dessus des 112$ pour le Brent, et autour de 100,90$ pour le brut léger américain WTI. L'once d'or est e, légère hausse à 1.497$.


VALEURS EN HAUSSE

* Air France-KLM (+1,70% à 12,09 Euros) : l'exercice 2010/2011, clos le 31 mars dernier, s'est soldé par un chiffre d'affaires de 23,62 Milliards d'Euros en croissance de 12,5%, pour un résultat d'exploitation de 122 ME. En données ajustées, ce résultat d'exploitation aurait cependant atteint 405 ME, assure la compagnie, dont le bénéfice net part du groupe atteint 613 ME. La projection moyenne de chiffre d'affaires ressortait à 23,705 Milliards d'Euros. L'attente moyenne de la place concernant le résultat d'exploitation atteignait 166 ME. En terme de bénéfice net, le consensus tablait sur 630 ME. Le terme "ajusté" pour le résultat d'exploitation renvoie à l'ajustement de la part des loyers opérationnels correspondant aux frais financiers (34%). Le résultat net bénéficie d'une plus-value de 1,03 MdE réalisée sur Amadeus. Retraité des éléments non-récurrents, dont cette plus-value, l'exercice aurait été déficitaire de -234 ME. Le transporteur est cependant parvenu à dégager un cash-flow opérationnel de 1,35 MdE, et un cash-flow disponible de 400 ME (dont 193 ME grâce à l'opération Amadeus). La trésorerie de fin d'exercice atteignait 4,36 MdsE et les lignes de crédit non-utilisées 1,4 MdE. Côté bilan, les capitaux propres ont atteint 6,91 MdsE (+1,49 MdE) et la dette nette 5,89 MdsE (-330 ME), soit un taux d'endettement de 85% contre 115% un an avant. Financièrement, le management vise un "résultat d'exploitation en hausse par rapport à 2010". Malgré l'embellie et pour protéger ses fonds, Air France KLM ne versera pas de dividende cette année. Par ailleurs, la société va proposer à ses actionnaires réunis en assemblée générale de décaler la date de clôture de l'exercice de mars à décembre, pour se calquer sur l'année civile. En conséquence, l'exercice en cours ne durera que neuf mois et s'achèvera le 31 décembre.

* EADS (+1% à 22,50 Euros) : pour Airbus, c'est "une grande victoire pour l'Europe". Pour Boeing, il s'agit d'une "victoire claire et définitive pour le libre commerce, qui va laisser le champ libre aux salariés américains du secteur aéronautique". L'événement évoqué par les deux avionneurs est la publication du rapport définitif de l'Organisation Mondiale du Commerce sur les aides d'Etat au secteur de l'aviation. Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste des règles du commerce international pour comprendre que le verdict de l'OMC ne saurait être positif pour les deux entreprises, opposées dans cette affaire. Alors chacun des deux avionneurs a retenu les éléments de la décision qui lui sont favorables pour clamer victoire... Pour Airbus par exemple, le fait que l'OMC a confirmé la légalité du mécanisme européen d'avances remboursables, pourtant critiqué dans le rapport initial, devrait clouer le bec à son rival. La filiale d'EADS souligne en outre que 90% des accusations déposées par les Etats-Unis en appel ont été repoussées. "Il est temps pour Boeing d'accepter sa défaite légale et de mettre fin à cette mascarade", conclut même le communiqué diffusé par le groupe européen. Le groupe américain ne partage évidemment pas cet avis et note que l'OMC a "confirmé qu'Airbus a reçu 18 Milliards de Dollars d'aides au lancement illégales et d'autres subsides par les gouvernements européens". La Commission Européenne devra mettre un terme à ces pratiques sous 6 mois. "Selon nous, la décision d'aujourd'hui n'aura aucune conséquence majeure pour Airbus ou le mécanisme d'aides européen, l'OMC ayant à présent rejeté en totalité et de manière définitive la majorité des plaintes déposées par les Etats-Unis. Il est donc probable que les conclusions de l'OMC ne donnent lieu qu'à des changements limités des politiques et pratiques européennes", estime Rainer Ohler, le chef de la communication d'Airbus. Mais au vu de la guerre commerciale intense que se livrent les deux avionneurs, il est probable que les bras de fer se poursuivra sous d'autres formes.

* Casino (+0,13% à 74,71 Euros) : le groupe a procédé à une émission obligataire de 850 ME à 10 ans. Les 300 ME des obligations venant à échéance en février 2012 (coupon de 6%), avril 2013 (coupon de 6,375%) et avril 2014 (coupon de 4,875%) ont été échangés. La maturité moyenne de la dette obligataire du groupe est allongée à 4,6 années (contre 3,4 années précédemment) et son coût moyen de financement optimisé.

* GDF Suez (+0,30% à 26,27 Euros), Vinci (+0,60% à 43,59 Euros) et Areva (-0,40% à 30,05 Euros) ont signé un accord de partenariat pour créer une filière industrielle de l'éolien en mer "compétitive, durable et créatrice d'emplois". Cette alliance vise à répondre conjointement à l'appel d'offres annoncé par le Président de la République française en janvier 2011 pour la mise en place de cinq parcs éoliens au large des côtes françaises, dans le cadre d'un programme de développement de 6.000 MW offshore prévu à l'horizon 2020. Le présent accord crée une plateforme industrielle autour de trois acteurs majeurs avec des expertises complémentaires dans les domaines des énergies renouvelables et de la construction. Il est exclusif sur trois champs : Dieppe-Le Tréport, Courseulles-sur-Mer et Fécamp.

...

 

http://www.lerevenu.com/en-direct-de-la-bourse/analyses-et-conseils/la-seance-du-jour/201103100091635/la-bourse-de-paris-teste-les-4000-points.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article