La Bourse de Paris en léger repli

Publié le par actubourse

Les indicateurs avancés européens qui étaient encore haussiers tôt ce matin ont été freinés par la décision de S&P de dégrader la note du Japon. Le CAC40 du coup stagne à 4.048 pts. Au lendemain d'une intervention sans surprise de la banque centrale américaine, avec un statu quo sur les taux et des commentaires prudemment optimistes sur l'économie, les marchés sont aussi prudents, en plein coeur de la saison des annonces de comptes des sociétés. (Finance Plus, édité par lerevenu.com)

La liste des publications d'entreprises du jour est très étoffée. En Europe d'abord, avec Areva, Fiat, JCDecaux, H&M, Logitech, Nokia, LSE, Vedanta, Software AG ou Vinci. Aux Etats-Unis, place à Amazon.com, Baxter, Bristol-Myers Squibb, Caterpillar, Colgate-Palmolive, Invesco, Eli Lilly, Lockheed Martin, Altria, Microsoft, Monster, Procter & Gamble, Raytheon, Stanley Black & Decker, AT&T ou Time Warner.

Wall Street a fini en territoire positif mercredi soir, de manière plus ou moins prononcée selon les indices, au lendemain du discours de Barack Obama et après le communiqué monétaire de la Fed. Sans surprise, la Réserve Fédérale américaine a maintenu ses taux d'intérêt extrêmement bas, ainsi que son programme d'assouplissement monétaire pour continuer d'accompagner la reprise économique. Le DJIA a gagné 0,07% à 19.985 pts, tandis que le Nasdaq a repris 0,74% à 2.739 pts.

 ECO ET DEVISES

Standard & Poor's a donc dégradé la notation souveraine du Japon de "AA" à "AA-", avec perspective "stable". La note court terme "A-1+" est confirmée. "La dégradation est le reflet de notre sentiment selon lequel les ratios de dette du gouvernement japonais, qui sont déjà parmi les plus élevés du monde, vont continuer à se détériorer davantage que ce que nous avions prévu", explique l'agence, qui s'attend à ce qu'aucun rééquilibrage avant 2020 à moins qu'un plan ambitieux d'austérité ne soit décidé d'ici là. En outre, la dynamique de la dette japonaise est grevée par la déflation persistante qui frappe le pays, qui induit que l'économie nipponne affiche une croissance nulle depuis 1992 en terme nominaux. De surcroît, le vieillissement de la population pose un réel problème fiscal et économique à terme, ajoute S&P.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont pour 14h30 (consensus 405.000), en même temps que les commandes de biens durables de décembre (consensus +1,5% / +0,9% hors transport). Enfin à 16h00 seront dévoilées les données sur les chiffres de l'immobilier ancien de décembre (consensus +1%).
Sur le marché des changes, l'Euro est stable autour de 1,3650 Dollar ce matin. Le baril de brut s'est un peu repris, pour s'établir à 97,60$ pour le Brent de Mer du Nord et à 87$ pour le brut léger américain WTI, pour les échéances de mars.


VALEURS EN HAUSSE

* Belvédère : +4%. Le groupe a finalement remis le 25 janvier 2011 une somme de 15,08 ME entre les mains du Commissaire à l'Exécution du Plan, correspondant à l'échéance de novembre 2010 sur les intérêts sur la créance des FRN, représentés par Bank of New York Mellon. Pour rappel, Belvédère avait remis aux Commissaires à l'Exécution du Plan une somme de 18,05 ME, destinée non pas à être versés à la banque mais à être séquestrés jusqu'à ce que la Cour de Cassation ait statué. Un pourvoi en cassation a été formé à l'encontre de cet arrêt de septembre 2010 fixant provisoirement le principal de la créance des FRN à 375 ME, et ayant arrêté les intérêts sur cette créance au 15 mai 2013. L'affaire doit désormais être évoquée selon la procédure d'urgence par la Cour de Cassation. Ce faisant, la société souhaite ainsi couper court à une polémique soulevée par la banque soutenant que le groupe de spiritueux n'avait pas rempli ses engagements concernant les intérêts. Belvédère affirme qu'il respectera pour l'avenir, s'agissant des échéances de plan, les termes de l'arrêt de la Cour d'appel de Dijon du 21 septembre 2010 jusqu'à ce qu'il soit éventuellement statué autrement. La société Belvédère tient à affirmer qu'elle est "dans une situation financière saine et qu'elle remplit à tous égards les engagements financiers qu'elle a souscrits".

* Plastic Omnium : +4%. Le chiffre d'affaires 2010 de la société a atteint 3,25 Milliards d'Euros, en croissance de 32% en données publiées par rapport à 2009, et de 21% à périmètre constant. Un niveau très proche des attentes du consensus Bloomberg de 5 analystes, qui s'établissait à 3,24 MdsE (fourchette de 3,2 à 3,34 MdsE). Ces revenus intègrent Inergy Automotive sur 4 mois. Si l'acquisition avait été retenue en année pleine, le chiffre d'affaires aurait atteint 3,65 MdsE. Sur le seul 4ème trimestre, l'activité était en croissance de 34,9% à 966,5 ME. Le management évoque des fondamentaux renforcés par la forte croissance associée à la poursuite de la gestion rigoureuse des coûts. "Les résultats 2010, qui seront publiés le 17 mars 2011, seront en forte progression et permettront de dégager par les opérations un free cash flow net significatif", explique-t-il, avant d'ajouter qu'il entend faire croître le groupe plus vite que le marché cette année, notamment via le démarrage de 45 nouveaux programmes dans l'automobile et la commercialisation de 100 nouveaux produits dans l'environnement. Sur la base des dernières prévisions de production automobile mondiale (+5%), le groupe attend un 1er trimestre 2011 en croissance dynamique par rapport au 1er trimestre 2010

* Technip : +3%, suivi de Faiveley et CGG Veritas

...

 

http://www.lerevenu.com/en-direct-de-la-bourse/analyses-et-conseils/la-seance-du-jour/201101270091635/la-bourse-de-paris-en-leger-repli.html

Commenter cet article