CAC40 : lourd repli hebdo de -4,6% mais l'Euro ne lâche rien.

Publié le par actubourse

NYC-WallStreet-small

 

 

CercleFinance.com) - Si Paris avait clôturé une heure plus tard, les pertes auraient été certainement beaucoup moins lourdes (avec Wall Street qui repasse dans le vert à la mi-séance): il faut donc relativiser la contreperformance du CAC40, en queue de peloton en Europe ce vendredi.

Comment les marchés ont ils basculé lundi d'un optimisme débridé (après 9 séances de hausse consécutives) vers une morosité sans la moindre vélléité de rebond (et 4 séances de repli d'affilée) ?

Le CAC40 a reperdu 250Pts d'une seule traite (-6,5%), dont -1% ce vendredi, ce qui porte le repli hebdomadaire à -4,6% et ramène la performance annuelle à -10,5%, à 3 jours seulement de la fin du 1er semestre 2010.
L'enfoncement des 3.540Pts en clôture (3.519Pts au 'fixing') est jugé préoccupant par les chartistes mais les volumes d'échanges sont demeurés très faibles ce vendredi (moins de 3,4MdsE négociés), ce qui trahirait plutôt une démission des acheteurs.

Wall Street affichait de bien meilleures dispositons à la mi-séance avec un Dow Jones stable (-0,1%) puis un 'S&P' et un Nasdaq en hausse de +0,2%.

Les indices US se montrent une nouvelle fois plus 'résistant' que les places européennes (-0,7% en moyenne) mais il n'y a pas eu que de bonnes surprises en seconde partie de journée.

L'Euro s'est maintenu toute la journée au contact des 1,23$ (il remontait au-dessus de 1,2350$ à 18H35) et son évolution n'a jamais traduit de phénomène d'aversion au risque très prononcé cette semaine, contrairement aux précédentes phases de repli indiciel de la mi-avril à la mi-juin.

Cette journée restera surtout marquées par l'ultime révision de la croissance du PIB US au 1er trimestre: le Département du Commerce fait état d'une hausse de seulement +2,7% en rythme annualisé soit un rythme inférieur à sa précédente estimation, qui était de 3% (un chiffre conforme au consensus).
Ce chiffre confirme le diagnostic moins optimiste présenté par la FED marcredi soir.
Le Département du Commerce attribue cette 'décélération' de la croissance au ralentissement de l'investissement dans le secteur privé et des exportations, mais également à la baisse des dépenses du gouvernement.

Les indices boursiers ont pâti cette semaine du recul du compartiment bancaire: si les tensions sur les taux longs grecs et espagnols sont un réel souci -mais qui est récurrent depuis 2 mois- il semblerait que les investisseurs sanctionnent d'abord les projets de taxation des banques.

A Paris, les valeurs financières françaises, très attaquées au cours des dernières séances, ont tenté se reprendre maisn toutes n'y sont pas parvenues: Crédit Agricole gagnait +2,6%, Société Générale +1,7%, Dexia, +0,9% mais BNP-Paribas perdait -1,1% et AXA -0,9%.

Les valeurs liées à l'énergie, aux matières premières ou à l'automobile ont été pénalisées: GDF Suez rétrocède 2,5%, Peugeot baisse de 2,56% et Arcelor Mittal affiche -2,65% et EDF fermait la marche avec -3,5%.

Rappelons que la Commission de régulation de l'énergie s'est prononcée en faveur de GDF Suez concernant sa demande de hausse des prix du gaz à compter du 1er juillet.

Par ailleurs, Sanofi-Aventis reculait de 0,8% à 49 euros, après avoir annoncé la signature d'un accord de licence exclusif mondial avec le groupe californien Metabolex concernant un antidiabétique oral 'innovant' pour le traitement du diabète de type 2.

Carrefour lâchait 0,95% à 33,70 euros, alors qu'Aurel a réitéré aujourd'hui son opinion ' acheter ' sur le titre, assortie d'un objectif de cours de 41 euros, à l'issue d'un entretien avec le distributeur, d'où il ressort que l'activité sera portée par la croissance des pays émergents, avec des marchés européens qui résistent bien.

Le dernier chiffre susceptible de faire réagir les marché (l'indice du sentiment des consommateurs pour juin) publié à 15h55 n'a eu aucun impact décelable: le baromètre mensuel a été légérement revu à la hausse, de 75 à 76Pts.
Les investisseurs ont probablement limité leurs initiatives à la veille d'un 'G20' de Toronto qui devrait entériner la mise à contribution des banques (aux efforts consentis par les Etats qui les ont renflouées)tandis que les premiers résultats trimestriels commenceront a être dévoilés d'ici une dizaine de jours dans un contexte de visibilité très réduite et beaucoup d'interrogations concernant la croissance en 2010.



Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Copyright (c) 2010 Cercle Finance.

http://www.cerclefinance.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article